» » » La Loire observée sous toutes ses coutures

La Loire observée sous toutes ses coutures

Posté dans : Revue de presse | 0

Loir-et-Cher – Saint-Dyé-sur-Loire – Environnement

Le public a aussi pu observer les oiseaux nichant le long de la Loire. Les moments privilégiés pour cette activité étant le matin ou le soir. - Le public a aussi pu observer les oiseaux nichant le long de la Loire. Les moments privilégiés pour cette activité étant le matin ou le soir. - (Photos NR, Sébastien Gaudard) La pêche à la « trousse-culotte » est une vieille technique qui a toujours ses adeptes. - La pêche à la « trousse-culotte » est une vieille technique qui a toujours ses adeptes.
La pêche à la « trousse-culotte » est une vieille technique qui a toujours ses adeptes.

La Maison de la Loire organisait dimanche une fête dans le port de Saint- Dyé-sur-Loire. Le public a pu découvrir toute la richesse du fleuve royal.

Enzo et Nathan sont venus dans le port de Saint-Dyé avec leurs parents Stéphanie et Fabrice pour découvrir la Loire. Mais pas n’importe comment. Ils sont montés à bord d’une toue, ce bateau emblématique du plus long fleuve de France, pour une balade d’une demi-heure aller-retour, en amont vers la commune voisine de Muides. « On a vu des huttes avec plein de branches mais pas de castors »,affirment les deux garçons.

Connaissez-vous la pêche à la “ trousse-culotte ” ?

Pour leurs parents, cette balade a été « un moment calme et agréable, avec surtout du vent et de la fraîcheur. On a aussi pu admirer le village différemment ». Organisées par l’association des Marins du port de Chambord, ces balades qui pouvaient aussi durer deux heures, étaient l’une des nombreuses activités proposées par la vingtaine de bénévoles de la Maison de la Loire et le comité des fêtes de Saint-Dyé.
Sur terre, non loin de l’embarquement, Maxime Longeaux, guide et animateur de pêche indépendant, a initié les enfants à «la pêche à la grattée » aussi connue sous le charmant nom de «trousse-culotte ». « Il s’agit de descendre au bord de l’eau, de remuer la vase avec ses pieds et d’attendre l’arrivée de petits poissons comme les goujons qui sont attirés par les sédiments »,explique le guide. Maxime en a aussi profité pour sensibiliser les jeunes au sort des poissons de la Loire. « Par exemple, il y a beaucoup d’idées reçues sur le silure. Scientifiquement, il n’est pas considéré comme un nuisible à l’inverse du poisson-chat ou de la perche soleil, qui, eux, le sont. »
Pas de nuisibles, mais des petits mollusques, des insectes et des têtards dans les bocaux et aquariums du stand d’Anaïs, animatrice de la Maison de la Loire. Avec les enfants, elle a recueilli ces petites bestioles en apparence insignifiante mais qui en disent long sur la qualité de l’eau fluviale. « Le but était aussi de déterminer l’embranchement de ces espèces en fonction du nombre de leurs pattes. »Du côté des organisateurs, le sourire était sur les lèvres avec une fréquentation en hausse par rapport à l’an passé. « Environ 400 personnes sont venues »,a déclaré Julien Guillemart, le directeur de la Maison de la Loire.

Maison de la Loire à Saint-Dyé-sur-Loire. Tél. 02.54.81.68.07.
Mail : contact@maisondelaloire41.fr Internet :
www.maisondeloire41.fr

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2015/07/06/La-Loire-observee-sous-toutes-ses-coutures-2393885

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.